Et si on finissait par opter pour la démocratie mixte?

En résumé, il s’agit de donner à des citoyens volontaires, la possibilité de participer à des réflexion collectives sur des sujets locaux, pour apprendre. Ils prennent part ainsi à la vie politique en dehors des élections et deviennent ainsi des acteurs avertis.

« … Nous avons à bâtir un nouveau contrat social mais aussi une autre efficacité en quelque sorte de l’action publique collective pour rebâtir la confiance dans la nation » Emmanuel Macron 31 décembre 2018

Je vous propose de commencer par un tour d’horizon rapide pour clarifier les esprits.

Démocratie représentative

Il s’agit de la démocratie la plus courante. En France, elle repose aujourd’hui sur la Constitution de 1958 et ses différentes élections. Les citoyens par leur vote choisissent un représentant à qui ils confient leur destinée, … ce qu’ils acceptent de moins en moins !

Démocratie participative

On parle de management participatif dans les organisations et de démocratie participative (ou collaborative) de longue date avec une succession de mots : partage, horizontalité, bienveillance, … sans grand succès ! Pour preuve, les colères successives des maires, des gilets jaunes, des policiers, des retraités, des infirmières, … Toutes ces colères ont la même cause, … l’absence d’écoute réelle et bien plus.

Démocratie directe

C’est celle que De Gaulle avait voulu en demandant l’élection directe du Président par tous les français. Seulement lui, il savait associer étroitement Pouvoir et Responsabilité. Il a été désavoué une fois, il est parti. En revanche combien parmi les anciens présidents ont , malgré les débâcles électorales subies durant leurs mandats, occulté les conséquences politiques ? Tous.

Démocratie mixte

La démocratie mixte est une démocratie équilibrée, elle repose sur la formule : « Toute organisation a besoin d’ordre pour durer et de désordre pour évoluer ». A côté de l’ordre établi, il s’agit d’organiser un certain désordre pour faire, enfin, émerger l’intelligence collective des parties prenantes.

Il devient nécessaire de revitaliser notre démocratie représentative et de changer les règles du jeu démocratique au profit d’un plus grand nombre. Or, on sait maintenant qu’il est possible de mesurer l’intelligence propre des groupes et on en connait les critères : la sensibilité sociale, la diversité, la présence féminine et la distribution de la prise de parole.

Encore faut-il avoir recours à une vraie méthodologie et à un processus original pour changer de paradigme et mettre en oeuvre l’ensemble de ces critères. C’est un processus contre-naturel que nous apportons aux responsables qui sont volontaires pour découvrir la notion ‘intelligence collective.

La démocratie MIXTE que je propose, loin de s’opposer aux fondements de la représentation, se présente comme forme complémentaire de préparation des décisions, conservant l’importance de l’élu, mais associant plus largement et plus directement les citoyens à la co-construction de l’intérêt général.

En résumé, il s’agit de donner à des citoyens volontaires, la possibilité de participer à des réflexions collectives sur des sujets locaux, pour apprendre. Ils prennent part ainsi à la vie politique en dehors des élections et deviennent ainsi des acteurs avertis.

PS : je parlerai une autre fois du RIC : respiration démocratique ou risque démagogique  ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s