L’incontournable légalité des élus

Apprendre à co-construire pour mieux réussir

Vaccination – Citoyens tirés au sort : quelle valeur ajoutée pour la démocratie ? Aucune

Le Président est le premier président à avoir saisi l’importance de développer une forme de démocratie participative pour rendre les citoyens acteurs de la vie politique en les faisant participer plus et mieux au fonctionnement de celle-ci. Il en a vraisemblablement la volonté, mais il ne possède malheureusement pas les savoir-faire.

Ainsi le Grand Débat fut un échec, la première Convention Citoyenne un demi-échec, quant à la deuxième convention citoyenne, son avenir semble déjà bien compromis ! On voit fleurir sur les réseaux sociaux toutes les incompréhensions que soulève un sujet complexe. Par exemple :

« Curieux que ceux qui ont été désignés pour gouverner et décider et qui ont toutes les données en main s’en remettent à des non-sachants désignés par le hasard »
« Ce procédé révèle l’incompétence de ceux qui nous gouvernent. Incapables de prendre des décisions par eux-mêmes et de les assumer »
« Ça permet juste de se décharger de ses responsabilités ! Et surtout ne pas être tenu responsable du moindre problème ! »

Il faut dire que la notion de « démocratie participative » est vague et bien plus complexe qu’on l’imagine souvent.

On le constate, de nombreuses personnes ne sont pas familières avec cette notion, tant elles sont habituées « au chef qui cheffe ». Or la complexité et l’incertitude du monde actuel impose de savoir aussi fonctionner autrement, c’est justement ce qu’a compris le Président, sauf qu’il ne dispose pas des bons savoir-faire.

Aussi, ne devrait-il surtout pas utiliser les initiatives participatives pour concurrencer voire discréditer le Parlement et tous les élus. Il semble en effet très difficile, voire impossible, de mixer « démocratie représentative » et « tirage au sort » pour des questions essentielles de LÉGALITÉ / LEGITIMITE.

Contrairement aux apparences et aux théories diverses qui se développent, le tirage au sort n’est pas le meilleur moyen pour développer la démocratie participative, tant il brouille les cartes.

Ce sont les élus et les responsables politiques qui doivent s’approprier une – des méthodes – pour apprendre à associer les citoyens à la réflexion sur des sujets plus ou moins complexes. C’est cette réflexion collective qui éclairera la prise de décision future de l’élu qui sera elle-même ainsi comprise et qui redonnera confiance dans nos élus et responsables politiques.

Je parlais récemment de mon approche « Démocratie Participative » et « Gouvernance par l’intelligence collective » à une amie qui avouait : « Les élus en ont très peur majoritairement. De peur de remettre en question leur légitimité, leur autorité et leur fauteuil. »

Ce à quoi je lui répondais … « Et pourtant ils ont tout à gagner, ils ne risquent rien puisqu’avec cette approche, ils découvrent le traitement de la complexité et restent les décideurs en étant protégés par un processus contre-naturel pour co-construire (réfléchir collectivement pour éclairer la future décision du responsable). Cette démarche renforce même leur légitimité et leur autorité (en plus de leur légalité).

Les crises – sanitaire, économique, écologique, … et surtout crise démocratique – que nous avons à affronter portent en elle de lourdes menaces. En effet, si l’offre démocratique par les institutions et les formes de participation à la vie publique sont insuffisantes, hors-réalité et sans grand effet sur la marche de notre démocratie, qui pourra alors maîtriser l’instabilité, les colères communautaires ou les mouvements inorganisés ?

Faut-il en arriver là pour agir ? « La société américaine a perdu son sens de l’unité »

Auteur : jean-claude dussaucy

Vers une meilleure conscience collective dans les organisations avec une approche contre naturelle ! L’essayer c’est l’adopter.

3 réflexions sur « L’incontournable légalité des élus »

  1. Je partage entièrement ton analyse. Le tirage au sort dans une liste de volontaires pour créer une commission citoyenne ne me parait pas très démocratique, car il squeeze dans un premier temps la représentation nationale. On l’a vu pour la convention sur le climat où les écolos dogmatiques, bien que minoritaires dans le pays ont réussi à imposer leur vision d’une écologie punitive. Pour ce qui est de la vaccination, quel intérêt de tirer au sort 30 pèlerins pour donner un avis sur la campagne à venir. Napoléon disait que la guerre est un art simple et tout d’exécution. Il aurait mieux valu confié à un CPCO dédié une planification et une conduite. Pour en revenir à une démocratie participative, je pense que les messageries officielles de nos députés ne sont pas suffisamment utilisées et exploitées; elles sont pourtant faciles d’accès.
    Bravo pour tes articles qui sont toujours de grande qualité.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s