Deux éthiques pour l’action politique

Voici un exemple qui me donne l’occasion de démonter l’absurde comportement des Hommes face à la complexité. J’ai peur que rien ne change aussi longtemps qu’ils n’auront pas compris le nécessaire changement de paradigme collectif !

11 février 2021 Métropole du Grand Nancy : le projet de tram, lentement construit pendant 4 années par nombre de cerveaux intelligents … est abandonné. La majorité de gauche détricote le travail de la droite … J’assiste à 5h30 de faux débats je devrais dire de longs monologues stériles et posturaux. L’équipe en place agit selon une éthique de conviction ; ses membres sont certains d’eux-mêmes et agissent doctrinalement.

Quel paradoxe lorsque j’entends, dans cette métropole, faire l’éloge de l’intelligence collective et la co-construction !

Sur les réseaux sociaux, un éminent connaisseur de la Métropole s’exprime : « Le Grand Nancy renonce à remplacer le tramway sur pneu du moins d’ici à au moins dix ans. Parce qu’il n’y a plus d’argent. Mais c’était déjà le cas l’année dernière quand tous les élus avaient voté comme un seul homme pour ce remplacement. Alors demain : comment des bus « à haut niveau de service » vont-ils pouvoir se croiser sur le site propre réservé aux tramways alors qu’ils sont plus larges que ces derniers ? Comment va t on transporter aux heures de pointe les milliers de salariés et d’étudiants qui doivent monter et descendre de Brabois ? On va leur proposer des vélos ou des chaussures de marche ? On va consulter, étudier, échanger, bref, on va faire ce qu’on sait mieux le faire : causer ! »

Un autre connaisseur lui répond : « Le tram sous André Rossinot a été un vrai fiasco. (Remarque du rédacteur : vision binaire, l’actuel Tram transporte les nancéens depuis vingt ans). Le nouveau Tram qui devait prendre sa succession était mal ficelé et non budgeté n’abordait pas les mobilités dans leur globalité (économie, environnement, territoires hors Métropole, etc…). Les élus ont pris une décision courageuse. »

Voici ma modeste réponse, eu égard à ma connaissance de la complexité. Les modalités globales appelées par l’opposant au projet sont une posture plus ou moins consciente, une excuse pour abandonner le projet. Cette recherche permanente de l’idéal sur des sujets complexes porte un nom : éthique de conviction ! Celle-là même qui a empêché Nicolas Hulot d’assumer ses responsabilités ministérielles avec succès.

Et si la majorité avait eu le courage d’adopter une éthique de responsabilité en acceptant d’ENRICHIR les travaux réalisés depuis quatre ans grâce à un véritable travail de co-construction pour voir émerger l’intelligence collective. C’eut été un beau signal visant à mieux respecter ceux – responsables politiques et citoyens – qui ont beaucoup investit sur ce dossier complexe.

Dans le monde animal, la concurrence et la compétition font toujours partie du jeu ; c’est normal car la survie est à ce prix. N’est-il pas grand temps pour l’Homme de comprendre que les organisations peuvent fonctionner sur d’autres bases plus respectueuses des autres, de la minorité et de la nature !

Auteur : jean-claude dussaucy

Vers une meilleure conscience collective dans les organisations avec une approche contre naturelle ! L’essayer c’est l’adopter.

Une réflexion sur « Deux éthiques pour l’action politique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s