La révolution managériale

Passer du principe monologique au principe dialogique

Je lis tellement de choses, je vois tellement de choses sur l’intelligence collective, sur l’innovation ouverte, sur … que je veux aujourd’hui frapper les esprits avec le mot … révolution. Depuis des décennies, on s’attache à panser le modèle pyramidal, de plus en plus et de mieux en mieux, mais il ne s’agit que de morphine, on en voit le résultat aujourd’hui.

Alors oui, je parle bien de révolution managériale car elle me semble indispensable, dans toutes les organisations privées et publiques, y compris dans notre système démocratique, pour réussir à affronter le mode complexe et incertain qui dans lequel nous baignons et, dans le même temps répondre à la demande de participation des acteurs.

Mais soyez sans crainte, celle que je propose est une révolution tranquille à condition de bien la comprendre. Je reconnais avoir mis du temps pour découvrir la puissance de cette approche innovante. En fait elle repose sur un mot, inventé par Edgar Morin, encore trop méconnu en France : dialogique.

La dialogique est, chez Edgar Morin, non pas un concept-solution, mais un des mots-phare qui aident à penser la complexité du réel. Il apparaît dans la pensée d’Edgar Morin à la fois comme une réponse à un défi et comme une nécessité d’une révolution de pensée, voire des mentalités.

C’est surtout un défi de la complexité du réel qui débusque nos logiques coutumières, aristotélicienne, cartésienne, … qui doit faire place à une pensée complexe pour éviter « l’intelligence aveugle ». Un des apports majeurs de la pensée complexe est de faire prendre conscience que le problème de la contradiction au sein du réel.

 » Le principe de dialogique consiste à maintenir la dualité au sein de l’unité entre deux logiques à la fois complémentaires et antagonistes. Il est l’un des piliers du paradigme de complexité qui ne cherche pas à réduire le complexe au simple mais à intégrer le simple dans le complexe « (E Morin).

Quand les responsables auront compris la puissance du principe dialogique, ils pourront mesurer les limites du principe « monologique », alors ils comprendront comment enrichir le modèle pyramidal, … sans le déstructurer, ni partager le pouvoir !

Auteur : jean-claude dussaucy

Vers une meilleure conscience collective dans les organisations avec une approche contre naturelle ! L’essayer c’est l’adopter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s