Stock de crise

Les stocks du temps de crise assurent l’autonomie des gouvernants lorsqu’une crise survient. Ce n’est pas quand il pleut qu’on dégage les ressources pour acheter un parapluie.

Encore faut-il s’accorder sur la menace et sur la réponse qu’on veut lui apporter COLLECTIVEMENT.

Bien sûr, constituer un stock de crise n’est pas un jeu d’enfant. Sont nécessaires :

Un, un accord politique national – gouvernement, mais aussi députés et sénateurs qui voteront un budget. Cet accord doit donc porter sur les articles et le volume à entretenir.

Deux, la désignation d’un gestionnaire de stock qui, en permanence s’assurera du bon niveau du stock, compte-tenu des consommations et dû vieillissement du stock.

Trois, l’établissement de règles qui définissent les conditions de distribution occasionnelle ou générale.

Dans le cas du Covid, rien de tous cela n’avait été fait :

⁃ Accord national : néant

⁃ Gestionnaire : néant

⁃ Règles de gestion : néant

Le gouvernement a donc été surpris par le Covid. Et, contrairement à l’Allemagne, la fourmi, il n’a pas disposé instantanément du matériel nécessaire !

Acheter des respirateurs ou des masques au moment où tous les pays font de même … une folie.

Si vis pacem, para bellum !

Webinaires : Engager votre équipe dans l’excellence décisionnelle – Excellence décisionnelle – Agilité – Performance – Engagement

Webinaires : Engager votre équipe dans l’excellence décisionnelle – Excellence décisionnelle – Agilité – Performance – Engagement
— À lire sur www.blog.axiopole.info/2020/04/10/conference-excellence-decisionnelle/

Prise de décision complexe

Un responsable confronté à la complexité ne pourra pas prendre une décision avec certitude. Il ne pourra s’inspirer que de son intuition ou de sa conviction.

C’est bien ce qu’est en train d’expérimenter le President !

C’est ce que nous apprenons avec notre méthode expérimentée depuis dix ans. Nous apportons des SAVOIR FAIRE NOUVEAUX.

Des centaines de dirigeants, de managers, de consultants et de coaches déjà formés.

La pyramide (III)

Dis papa, c’est quoi la complexité… ? Elle est partout mon fils et la maîtriser constitue le challenge du XXIéme siècle.

En voici un bel exemple :

Chacun de ces organismes, petit ou grand, représente une pyramide. A la tête de chaque pyramide des « sages » en costume ne veulent rien lâcher de leur certitude. Nous vivons dans une société de compétition où ceux qui se contrôlent le mieux – ceux qui n’acceptent pas leur double condition sage et singe – sont les vainqueurs.

Un dirigeant qui suppose une relation linéaire entre réduction des effectifs et une amélioration de la rentabilité se trompe. Tôt ou tard, le plan de restructuration fera apparaître des questions inattendues. Au final, les coûts de la non prise en compte de la complexité apparaîtront.

D’où mon plaidoyer pour la co-construction qui permet de prendre en compte la complexité dans un processus amont qui sécurisera la prise de décision.

La pyramide (II)

A partir d’une approche Sage/Singe, on peut dire que nous vivons tous deux existences :

– celle d’un personnage social, qui permet de se protéger et d’être reconnu,

– celle du personnage aux instincts incontrôlables qui continuent à exister malgré nos tentatives de les ignorer.

A la tête de chacune des pyramides les sages en costume ne veulent pas perdre leur rôle. C’est le Néo-taylorisme … contrôler, toujours contrôler. Un peu de humilité leur permettrait d’entendre la réalité, la réalité multidimensionnelle, pas celle de leur tour d’ivoire.

La crise systémique que nous traversons pourrait amener à une meilleure prise de conscience. L’approche Sage et Singe pourrait nous y aider !

Une chose me semble certaine : pour reconstruire nos organisations, pour construire ce nouveau monde, nous aurons absolument besoin de moins d’EGOCENTRISME et de plus d’HUMILITE.

La pyramide*

La pyramide – 95% des organisations fonctionnent selon ce modèle – est le meilleur modèle pour exécuter une décision, mais le pire système pour concevoir une décision complexe.

Voici pourquoi nous développons une approche Ordre & Chaos pour sortir du néo-taylorisme et faire émerger plus d’intelligence collective.
« Le management de l’intelligence collective est le socle sur lequel repose le Command & Control. » O Zara

Nous formons chefs d’entreprise, directeurs d’administration, consultants et coaches.

* Pyramide = techno-structure

Découvrir l’excellence décisionnelle

Après la crise de 2008, certains ont parlé de changement de paradigme … las, il n’en n’a rien été. On a repris tranquillement les affaires comme avant.

Cette fois-ci, nous sommes, nous serons aux prises avec une crise systémique… c’est l’occasion d’un véritable changement de paradigme.

Changer notre façon de penser et d’agir, voici le challenge. Sur tous les dossiers, sur toutes les activités, il nous faut revenir à l’ESSENTIEL.

Mauvais exemple : reporter sans rien changer … Ne faut-il pas, là comme ailleurs, se poser la question de l’essentiel pour prendre du recul par rapport à cette société de paillettes que nous avons construit depuis 50 ans autour du sport ?

Il en va de même du Tour de France … et de sa caravane … Et du Mondial de l’automobile, … et des entreprises et administrations.

Un livre que tout le monde – dirigeant, responsable politique, journaliste, manager – devrait lire : complexité, ordre-chaos, conscience collective, changement de paradigme, … du culte de l’action à une culture de la co-construction